Product was successfully added to your shopping cart.
Browse by category

Ces chiens détectent des tumeurs cancéreuses grâce à leur odorat !

par Canem Expert dans Actu canine

Utiliser l’odorat des chiens pour détecter les cancers, c’est le projet ambitieux de « KDOG », lancé en 2016 et mené par Isabelle Fromantin, docteur en sciences et ingénierie.

Une histoire de flair

Tout commence pendant la préparation de sa thèse sur les plaies tumorales malodorantes. Afin de trouver des solutions sur ce sujet, il était important d’identifier précisément l’odeur.

Pendant son travail de recherche, l’infirmière experte en cicatrisation s’est rendu compte que des équipes de chercheurs avaient déjà travaillé avec des chiens. Elle développe alors son hypothèse en se concentrant sur la détection du cancer par les composés volatiles.

Ayant obtenu un financement de 80 000€ pour lancer ces recherches, elle a su s’entourer de différents professionnels du corps médical mais également d’éducateurs canins afin de mener à bien son projet.

Durant 6 mois, des chiens sont formés à reconnaître la signature olfactive des tumeurs cancéreuses sur des compresses. Les échantillons sont prélevés à l’institut Curie puis envoyés directement dans un centre spécialisé près de Limoges. Les chiens ne sont donc jamais en contact direct avec les patientes.

Pour l’instant, l’étude se déroule sur des femmes atteintes de cancer du sein. L’objectif est de trouver une alternative à la mammographie lors du diagnostic. Pour les pays aux ressources plus faibles, cette solution serait beaucoup moins couteuse mais tout aussi efficace. De plus, cette technique n’utilisant pas les rayons X pour détecter les tumeurs, il serait beaucoup plus simple d’inciter la population à se déplacer pour effectuer un dépistage.

À terme, l’équipe du projet « KDOG » souhaiterait que cette technique d’utiliser le flair des chiens pour détecter les tumeurs puisse se faire dans des cas beaucoup plus complexes comme le cancer de l’ovaire.

Des résultats encourageants

Les premiers résultats sont concluants. Ce sont des chiens Malinois qui ont été sélectionnés pour travailler sur les échantillons. Entre Août 2016 et Février 2017, le taux de 100% de réussite est atteint. Les chiens ont su distinguer des compresses neutres de celles porteuses de marqueurs tumoraux de plusieurs femmes.

Cette année, le panel de femmes volontaires à cette étude devrait s’élargir et passer à 1000 patientes.

La solution pour lutter contre le cancer se trouverait donc bel et bien au bout de la truffe de nos compagnons.

Post suivant Post précédent

Commentaires

Notre sélection pour vous